Deuxième étape : le Damaraland désert minéral par excellence

Publié le

Welwitchia Mirabilis
Welwitchia Mirabilis

Nous quittons Etosha vers 17 H avec regret , comblés par toutes ces belles rencontres. Si nous allons encore croiser, rhinocéros ( en captivité ) , oryx ( également dans l'assiette et c'est très fin ) , impalas, dik-dik ( petites antilopes ), zèbres des montagnes, autruches , babouins, plus d' éléphant, plus de lion, ni de girafe. Notre halte de nuit sera dans un lodge situé dans une immense propriété privée, avec un point d'eau aménagé. L'accueil ( par des afrikaners blancs ) est toujours parfait , avec jus de fruit à l'arrivée . Les animaux présents sont en cette période nourris, car il n'y a pas grand chose à manger dans la savane, à cause de la sècheresse . Il y a sur le territoire namibien de nombreuses farms, qui sont passées de l'élevage traditionnel à l'élevage d'animaux sauvages pour la chasse ( ce qui est le cas ici ) , la viande ou tout simplement le plaisir des touristes qu'ils accueillent dans de somptueux lodges. Une petite mésaventure , j'ai trouvé un énorme scorpion dans la moustiquaire, la vue de ma chambre sans terrasse : le toit de chaume du restaurant et un drap déchiré. Pas top pour moi, ce lodge.

Nous allons désormais rouler sur des pistes, les gravel road .

Notre guide - chauffeur Mathieu originaire du Zimbabwe qui parle un excellent français , est en réalité professeur de géographie et connait parfaitement la Namibie .

Nous partons à la découverte du Damaraland, terre historique des Damara . C'est un plateau broussailleux arrosé par des rivières éphémères qui créent des poches de verdure et d'humidité bénéfiques à la végétation, aux hommes et aux bêtes. Première halte : le spectaculaire Vingerklip ( doigt de pierre ), formation rocheuse de 35 m qui domine dans la vallée . Nous ne croiserons pas d'éléphant du désert.

Après le déjeuner dans un lodge haut perché, direction la foret pétrifiée qui remontent à 260 millions d'années. Au sol des arbres millénaires transformés en pierre, certains atteignent 34 m de long . Le processus de pétrification dans la silice en a conservé un certain nombre intact. Nous croisons nos premières Welwitchia Mirabilis, plante étrange qui pousse essentiellement dans le désert . Un pied male, un pied femelle, polinisés par des petits insectes rouges. L'aspect est assez sec et les couleurs ternes qui ne varient pas d'une saison à l'autre. Elle pousse très lentement et certaines auraient plus de 1000 ans.

Notre étape du soir est somptueuse. Un lodge à l'architecture africaine adossé à la montagne rocailleuse, la vue est splendide.

Les chambres sont simples et dispersées dans la savane, silence et volupté, coucher et lever du soleil grandioses. Le diner et le petit déjeuner sous forme de buffet sont très bons et copieux . A la fin de repas, nous avons droit à un petit spectacle de chants africains par le personnel du restaurant. Une nuit de repos et il faut déjà repartir pour de nouvelles aventures .

Le point d'eau au lever et au coucher du soleil
Le point d'eau au lever et au coucher du soleil
Le point d'eau au lever et au coucher du soleil

Le point d'eau au lever et au coucher du soleil

Le Damaraland
Le Damaraland
Le Damaraland
Le Damaraland
Le Damaraland
Le Damaraland

Le Damaraland

Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis
Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis
Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis
Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis
Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis
Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis

Tronc pétrifié et Welvitchia Mirabilis

Environnement minéral  au  Twyfelfontein Country Lodge
Environnement minéral  au  Twyfelfontein Country Lodge
Environnement minéral  au  Twyfelfontein Country Lodge
Environnement minéral  au  Twyfelfontein Country Lodge
Environnement minéral  au  Twyfelfontein Country Lodge
Environnement minéral  au  Twyfelfontein Country Lodge

Environnement minéral au Twyfelfontein Country Lodge

Commenter cet article